Titre

L’expérience des grands brûlés de la face : épreuves sociales et travail de la reconnaissance

Auteur Alexandre Dubuis
Directeur /trice Olivier Voirol
Co-directeur(s) /trice(s)
Résumé de la thèse L'épreuve « factuelle » et physique de la brûlure grave des grands brûlés de la face fait l’objet d’une analyse sociologique systématique : alors qu’un accident peut, en quelques secondes, provoquer une véritable rupture biographique, l’acceptation du nouveau statut et la « reconstruction » d'un rapport à soi et aux autres prend beaucoup de temps. Les modalités de cette reconstruction et les tentatives pour retrouver une impossible « apparence normale » dans la vie publique sont ici analysées. Tout en étant attentive aux modalités de l'interaction, la présente étude relève d’une démarche sociologique compréhensive menée à partir d'observations et d'entretiens conduits avec ces personnes, amenant dans le giron de la sociologie une expérience éprouvante encore peu connue, celle des grands brûlés de la face. Le registre discursif adossé à cette dernière vient compléter certaines représentations véhiculées par les médias, les fictions et qui influent sur la perception et la visibilité de ceux-ci. A l’aune du concept d’épreuve issu de la « sociologie pragmatique », le parcours du grand brûlé peut être examiné en prêtant une attention particulière au moment initial du parcours post-brûlure : l’accident. La mise en récit de cette première épreuve est révélatrice des tentatives pour le grand brûlé de maintenir un lien entre un avant et un après l’accident. S’ensuit un continuum d’épreuves intervenant dès le moment où les grands brûlés se présentent physiquement face à autrui dans l’espace public suscitant des réactions de gêne et de malaise. Dans le prolongement des travaux d’Erving Goffman, on peut les concevoir comme des motifs d’« inconfort interactionnel ». Cette mise en évidence de l’inconfort interactionnel montre la nécessité de ne pas se limiter à une sociologie de la brûlure grave qui s’attarderait seulement sur les ajustements des interactions. A partir des travaux d’Axel Honneth sur la reconnaissance, il est possible de lire cette gestion des situations d’interaction dans une autre optique, celle qui, pour le grand brûlé, consiste à se préserver du mépris. Ce travail met l’accent sur des habiletés interactionnelles, des compétences qui fonctionnent comme des ressorts et permettent au grand brûlé de gérer des situations susceptibles de conduire au mépris. En s’appuyant sur des situations d’interaction racontées, deux formes de lutte individuelle, de quête de reconnaissance, peuvent être dégagées : d’une part, la « lutte contre » la trop grande visibilité et contre la prégnance de certains préjugés et, d’autre part, la « lutte pour » faire connaître des aspects invisibles ou moins visibles de la brûlure grave.
Statut terminé
Délai administratif de soutenance de thèse 2013
URL
LinkedIn
Facebook
Twitter
Xing