Titre

Interroger le lien entre langues et cultures à travers le parler et la vie quotidienne au Capo di Leuca

Auteur Laura Ferilli
Directeur /trice Laurence Kaufmann
Co-directeur(s) /trice(s) Vincenzo MATERA (Università degli Studi Milano-Bicocca, Italie)
Résumé de la thèse Que ce soit au niveau de la littérature savante, des politiques institutionnelles ou des pratiques appliquées, le lien consubstantiel entre langues et cultures sert le plus souvent de postulat de base. Pourtant, penser les termes de langue et culture comme solidaires et mutuellement nécessaires ne nous indique pas, ainsi que le soulevait Benveniste, comment ils sont solidaires ni pourquoi on les jugerait indispensables l’un à l’autre. La question du comment et du pourquoi de cette interdépendance est restée majoritairement lettre morte et l’histoire passée et présente regorge de situations où l’amalgame entre langue et culture a servi les plus nobles comme les plus inavouables causes. Le problème est que l’usage instrumentalisé, plus ou moins à dessein, d’un tel amalgame manifeste et instaure, implicitement ou explicitement, des visions partiales du monde et des types spécifiques de rapports sociaux. Dès lors, qu’en est-il des liens entre langues et cultures lorsque celles-ci ne sont plus pensées comme des entités réifiées et réifiantes souvent présentées comme, d’une part, un binôme inséparable et, d’autre part, comme assignables à des communautés monolithiques en même temps qu’assignatrices d’identités figées ? Mon hypothèse est que les liens entre cultures et langues, loin de pouvoir être établis une fois pour toutes, comme le suggèrent les politiques publiques et scientifiques prédominantes, sont perpétuellement réélaborées dans et par les pratiques ordinaires. La valence des langues comme celle des cultures fluctue en fonction des contextes, des situations et des interlocuteurs. Leur lien mutuel mais aussi, parfois, leur absence totale de lien prend forme et sens dans des filets de significations contextualisées, sans cesse redéfinies dans et par les pratiques. C’est bien une telle contextualisation que j’ai choisie d’analyser en prenant pour objet d’enquête le parler et la vie quotidienne au Capo di Leuca (Italie du Sud). A travers une étude socio-anthropologique de cette région fortement touchée par les problématiques de la migration et au plurilinguisme ancien, il s’agira de montrer de quelle manière langue et culture sont convoquées, instanciées ou encore rejetées en situation lors de procédures pratiques et sémantiques d’auto-identification et d’auto-catégorisation mobiles et provisoires.
Statut
Délai administratif de soutenance de thèse
URL
LinkedIn
Facebook
Twitter
Google+
Xing