Titre

Dynamique de la pratique contraceptive moderne et son impact sur la fécondité : cas du Burkina Faso

Auteur Lonkila moussa ZAN
Directeur /trice Clémentine Rossier, Université de Genève
Co-directeur(s) /trice(s) Caroline Moreau, Johns Hopkins University
Résumé de la thèse L’Afrique subsaharienne est caractérisé par le taux de fécondité le plus élevé du monde et le plus fort taux d’accroissement annuel de 2,7% estimé pour la période 2010-2016. Le Burkina Faso est emblématique de cette entrée tardive dans la transition démographique : la fécondité y était de 6 enfants par femme en 2010 tandis que la prévalence contraceptive moderne des femmes en union était de 15%. Selon les données les plus récentes de l'enquête PMA2020, mobilisées dans cette thèse, le taux de prévalence de la contraception moderne des femmes en union est passé à 24.2% en 2016. On note aussi une croissance de la prévalence des méthodes de longue durée d'action au détriment des méthodes de courte durée. Ces évolutions rapides posent des questions relatives à l’évolution des inégalités sociales d’accès, à la durée d’utilisation des méthodes de longue durée (possibilité d’arrêts précoces) ainsi qu'à l’impact de la dynamique de la contraception sur la fécondité. L'objectif de cette thèse est d'éclairer ces questions.
Statut au milieu
Délai administratif de soutenance de thèse 2020
URL https://www.unige.ch/sciences-societe/ideso/membres/zan-lonkila-moussa/
LinkedIn
Facebook
Twitter
Google+
Xing