Titre

Droits humains, violences institutionnelles et parcours de vie : vécus, représentations et attitudes chez les immigrés Portugais en Suisse

Auteur Ana Barbeiro
Directeur /trice Dario Spini
Co-directeur(s) /trice(s)
Résumé de la thèse Les phénomènes liés aux migrations, les politiques et les représentations qui leur sont associées, constituent un champ qui concentre les rapports souvent paradoxaux entre les droits, leur universalité et la tolérance à leurs violations. Les droits humains et la violence sont liés dans la « réalité » sociale ; ils ont des rapports d’opposition, mais aussi ils se construisent et se légitiment mutuellement (Höijer, 2004 ; Rentsheler, 2004). Jouir des droits et subir des violences dépend de la position des individus dans la hiérarchie sociale, caractérisée par des rapports de domination (Bourdieu, 1972 ; Galtung, 1969). Les injustices sociales qui en résultent peuvent êtres vues comme des formes de violence qui souvent prennent forme à travers les institutions sociales – la violence institutionnelle (Van Soest & Bryant, 1995). En ce qui concerne les positions et les comportements des individus face au rapport droits-violence, si les droits humains sont des représentations partagés à travers différents groupes (Doise, 2001 ; Doise, Spini & Clémence, 1999 ; Spini & Doise, 2005), la tolérance à leur violation est moins consensuelle (Clémence, Doise, De Rosa & Gonzalez, 1995 ; Staerklé & Clémence, 2004). Ce décalage peut, au moins en partie, être expliqué par le biais des théories de la légitimation sociale (Jost & Major, 2001). Ces approches visent à expliquer comment des attitudes, croyances et stéréotypes servent à légitimer certaines formes d’organisation sociale (notamment inégalitaires), fournissant une base idéologique aux systèmes sociaux et politiques, et contribuant à maintenir le statu quo. Elles mettent ainsi en relation les dynamiques liées aux individus et celles liés aux structures sociales. L’approche des parcours de vie permet de capter les rapports entre ces dynamiques dans les trajectoires biographiques (Shanahan, 2000). Cette recherche vise l’étude de l’adhésion aux principes des droits des migrants et de la tolérance aux violences institutionnelles envers cette population. Plus spécifiquement, leur modélisation par le vécu des violences institutionnelles au long des trajectoires biographiques et par les stratégies mises en avant pour faire face aux violences vécues ou perçues. Ces phénomènes seront à étudier avec une focalisation sur les trajectoires de migration (notamment les immigrants portugais en Suisse), en articulant des procédures qualitatives et quantitatives : le recueil des récits biographiques, l’élaboration des calendriers de vie et l’étude quantitative des attitudes et des représentations sociales des droits des migrants et de la violence institutionnelle envers les migrants.
Statut
Délai administratif de soutenance de thèse
URL https://applicationspub.unil.ch/interpub/noauth/php/Un/UnPers.php?PerNum=1073028
LinkedIn
Facebook
Twitter
Google+
Xing