Information détaillée concernant le cours

Titre

Ethnographier les structures informationnelles

Dates

13 septembre 2017

Organisateur(s)

Alexandre Camus, Florian Jaton et Pierre-Nicolas Oberhauser (STS-lab et THEMA)

Intervenant(s)

David Pontille (Mines ParisTech), Claude Rosental (EHESS), Olivier Glassey (UNIL), Geoffrey Bowker (University of California), Dominique Vinck (UNIL)

Description

Par son poids croissant dans les sociétés contemporaines, l'information, notamment digitale, est devenue en l'espace de 20 ans un objet de recherche majeur pour les sciences sociales. Comment se forme-t-elle ? Par où passe-t-elle ? Quels réagencements suggère-t-elle ? L'apparente immatérialité de cette notion rend son examen délicat. A ce titre, l'analyse du déploiement et de la maintenance des infrastructures informationnelles constitue un point d'entrée particulièrement fécond: en faisant apparaître les personnages d'ordinaire invisibles mais pourtant indispensables à la production d'informations (travailleurs de maintenance, clickworkers, bases de données, programmes informatiques, algorithmes), cette posture d'inspiration ethnographique a l'avantage de ne pas partir d'une information flottante et déjà constituée dont l'étude pointerait presque naturellement vers l'analyse de ses effets plus ou moins sociaux. C'est à ce renversement infrastructurel, pour reprendre l'expression désormais fameuse de Geoffrey C. Bowker, que les enquêtes de terrain contemporaines sur les coulisses de la société de l'information se sont attelées. La tâche est immense et ne cesse de croître.

 

Cette journée entend contribuer à ce chantier en cours en donnant la parole à des chercheurs dont les travaux partagent le goût de l'enquête de terrain et de la prise en compte des individus, artefacts, et technologies participant à des procédés de mises en forme. L'étude de terrain ethnographique s'est révélée être en effet une des meilleures manières de rendre compte de la granularité des phénomènes informationnels dans des univers différenciés allant de l'administration publique à la science en passant par les réseaux de transports. Toutefois, les pratiques ethnographiques varient et permettent des approches contrastées qui dépassent la bannière apparemment commune de «l'attention aux détails». Pensée comme un lieu d'échange entre chercheurs engagés dans l'ethnographie de la production de l'information, cette journée sera l'occasion de discuter des différentes approches déployées pour relever le défi de l'analyse empirique de ses diverses manifestations.

 

Pour cette journée d'étude, nous avons la chance d'accueillir des chercheurs de renommée internationale spécialisés dans l'étude empirique de procédés informationnels. David Pontille (Mines ParisTech) fut l'un des précurseurs des études sur les «petites mains» de l'information : les travailleurs «invisibles» participant au façonnage des données ainsi qu'à leur compilation. Claude Rosental (EHESS) fut l'un des premiers chercheurs francophones à prendre au sérieux – c'est-à-dire au niveau des pratiques – les sciences «formelles» comme la logique mathématique. Il a également beaucoup travaillé sur les dispositifs démonstratifs et la construction de la persuasion. Olivier Glassey (STS Lab UNIL) s'est spécialisé dans l'étude des usages du numériques, contribuant ainsi à mieux comprendre le rôle des technologies digitales dans la production d'artefacts informationnels. Geoffrey Bowker est une figure majeure des Science and Technology Studies. Il a consacré de nombreuses années à l'étude des «infrastructures de savoir», soit l'ensemble des actions participant à la solidification d'énoncés certifiés. Son ouvrage Sorting Things Out – co-écrit avec Susan Leigh Star – qui traite des processus de classification et de mises en forme (in-formation) a fait date.

 

Cette journée d'étude se déroulerait en trois temps. Durant la matinée (9h-12h), David Pontille, Claude Rosental et Olivier Glassey donneront des conférences autour de la thématique de la journée d'étude.

 

L'après-midi (14h-17h) serait consacré à un workshop doctoral. Ouverts à 10 doctorants engagés dans l'étude des processus informationnels, ce workshop serait l'occasion de discuter de courts extraits (environ 5 pages) faisant état de terrains dont il n'est pas toujours facile de rendre compte tant la dimension distribuée des faits informationnels peut se révéler délicate à rassembler dans des descriptions.

 

La fin d'après-midi (à partir de 18h) et le début de soirée serait l'occasion de donner la parole à Geoffrey Bowker en conférence plénière, introduite par Dominique Vinck, ouverte à toutes les personnes intéressées. Un apéritif convivial viendra clore cette journée.

 

Contact : alexandre.camus@unil.ch

Lieu

Université de Lausanne

Information
Places

5

Délai d'inscription 13.09.2017
short-url short URL