Information détaillée concernant le cours

Titre

La Comparaison Internationale en théories et en pratiques

Dates

24 au 25 janvier 2019

Organisateur(s)

Ibrahim Soysüren (UNINE), Gaële Goastellec (UNIL), Julia Resnik (Hebrew University of Jerusalem), Antoine Kernen (UNIL)

Intervenant(s)

Cécile Vigour (Centre Emile Durkheim, CNRS, Bordeaux), Jean-François Bayard (Sciences Po Paris), Jean-Pascal Daloz (Université de Strasbourg), Julia Resnik (Hebrew University of Jerusalem)

Description

Largement utilisée par les pères fondateurs de la sociologie (Durkheim (1897, 1938) et Weber (1905, 1921, 1996) mais demeurée longtemps peu mobilisée, la comparaison internationale connaît avec le processus de globalisation un développement accéléré. La multiplication des relations transnationales et le développement spectaculaire des technologies de l'information et de la communication impactent à la fois la circulation de l'information et les données disponibles pour la recherche, alimentant un intérêt croissant pour la comparaison. La multiplication des grandes bases de données et l'inclination à la quantification qui caractérise les sciences sociales (Desrosières 1993, Samoff 1999) ont nourri l'expansion des comparaisons statistiques. Les approches internationales qualitatives, qui nécessitent une immersion dans les espaces sociaux et géographiques comparés, posant des problèmes de ressources temporelles, financières ou linguistiques, apparaissent moins développées mais connaissent un fort renouvellement. La remise en question de l'Etat-Nation comme principale unité d'analyse des transformations du monde social renforce la nécessité d'approches multi-niveaux, attentives aux contextes et, partant, assurément plus inductives. La comparaison internationale se présente ainsi comme un outil heuristiquement puissant pour analyser le monde contemporain, les sociétés dans lequel nous vivons ainsi que les transformations profondes qu'elles connaissent.

Le module théorique et méthodologique que nous proposons présente et questionne les approches quantitatives comme qualitatives, leurs apports et limites respectives ainsi que les modalités de leur articulation. Il s'adresse à tous les doctorant.e.s, en particuliers celles et ceux qui mobilisent la comparaison internationale dans leurs travaux ou qui souhaitent l'utiliser dans leurs recherches. Le module articulera les conférences de spécialistes adoptant différentes approches comparatives (quantitatives comme qualitatives, socio-historique comme contemporaines, etc) et des ateliers réservés aux doctorant.e.s. Ces derniers pourront y présenter leurs travaux et bénéficier des commentaires et des réflexions des spécialistes et de leurs pairs et auront ainsi la possibilité d'affiner leur usage de la comparaison internationale.

Les doctorants souhaitant participer sont invités à envoyer une proposition de communication (maximum 3000 signes) présentant les questions/travaux relatifs à la comparaison internationale qu'ils souhaitent discuter dans le cadre de ce module : il peut s'agir tant de la construction en cours d'un outil ou d'un protocole pour une recherche que d'une discussion de résultats, d'outils théoriques ou méthodologiques. Dans tous les cas, une réflexion relative à la démarche, aux usages, apports et limites de la comparaison internationale comme méthode de recherche est attendue.

Les proposition de communication doivent être envoyées aux adresses suivantes au plus tard le 20 décembre 2018 aux adresses suivantes : ibrahim.soysuren(at)unine(dot)ch gaele.goastellec(at)unil(dot)ch julia.resnik(at)mail.huji.ac(dot)il antoine.kernen(at)unil(dot)ch

 

Lieu

Université de Neuchâtel

Information

 

 

Places

15

Délai d'inscription 15.01.2019
short-url short URL

short-url URL onepage