Information détaillée concernant le cours

Titre

Les jeunes chercheurs et la mobilité

Dates

29 mars 2019

Organisateur(s)

Groupe de Travail 18 (GT 18) de l'AISLF «être et devenir sociologue», représenté à cette occasion par Aurianne Stroude (UNIFR)

Intervenant(s)

A déterminer

Description

L'objectif de cette journée d'étude est de proposer un espace de réflexion sur la question des mobilités durant le parcours doctoral et postdoctoral. La thématique de la mobilité pourrait être abordée sous différents angles: - Géographique (dans le contexte national et international) - Linguistique (espace francophone, anglophone, germanophone,…) - Culturelle (notamment avec les pays dits du Sud) - Sociale et professionnelle (accès à des positions socialement valorisées versus précarité des conditions de travail et des débouchés professionnels). Au-delà du constat d'injonction à une hypermobilité qui se généralise dans le milieu académique, quels sont ses impacts et les enjeux des jeunes chercheurs, au niveau de leur formation, de leur carrière, de leurs perspectives professionnelles et de leur trajectoire de vie (conciliation avec la vie familiale par exemple). Le contexte helvétique est particulièrement intéressant pour développer ce questionnement. Premièrement, les spécificités linguistiques et géographiques de la Suisse encourage la mobilité à l'intérieur et à l'extérieur du pays. Deuxièmement, de par sa situation socio-économique, le pays attire beaucoup de jeunes chercheurs venus de l'étranger, qui espèrent notamment obtenir des conditions de travail plus favorables que dans leur pays d'origine. Troisièmement, comme partout dans le monde, les exigences du milieu académique tendent à se durcir et à creuser les inégalités d'accès aux carrières socialement valorisées. Ainsi, la mobilité s'avère parfois être un privilège, parfois une nécessité pour survivre dans le monde académique.

Lieu

Université de Neuchâtel

Information
Places

15

Délai d'inscription 15.03.2019
short-url short URL

short-url URL onepage